Restauration au Musée. 26-27/06 PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Albert Moxhet   
Vendredi, 23 Juin 2017 22:57

Samedi Coup de cœur d’Albert Moxhet

La restauration d’un tableau est un travail très spécialisé, rarement accessible dans la mesure où, fort souvent,  il s’exécute en laboratoire. Le Musée des Beaux-Arts et de la Céramique de Verviers réitère une initiative prise il y a trois ans et invite le public à suivre de près la restauration d’un tableau de sa collection.

 
En 2014, il s’agissait d’un tableau peint sur panneau de bois, monogrammé et daté de 1614 : Apamè usurpe la couronne du roi ou Les quatre pouvoirs, une œuvre de Hendrik Goltzius, un dessinateur, graveur et peintre d’histoire qui fréquenta Rubens et figure aujourd’hui dans le catalogue des plus grands musées du monde.

 Cette fois, l’œuvre en restauration touche de plus près le public verviétois, puisqu’il s’agit de Nos Vieux, une grande huile sur toile (2 x 4m) d’Émile Deckers (1885-1968), datant de 1934 et qui, jusqu’à la réforme des maisons de repos de la Ville de Verviers, en 2015, était en dépôt à l’hospice Sainte-Élisabeth d’Ensival, localité dans l’église de laquelle on peut voir un Chemin de croix caractéristique de l’inspiration orientale de Deckers. Faut-il préciser que le sujet du tableau actuellement restauré est une évocation des pensionnaires dans le parc de l’hospice ensivalois tenu, à l’époque, par des religieuses ?

 


 

La réputation d’Émile Deckers dépasse largement notre région puisque cet artiste verviétois a mené une carrière largement internationale, d’autant plus que ses œuvres se retrouvent dans de nombreux musées européens, ainsi qu’à Londres et à Washington. Formé à l’Académie de Liège, puis à Paris, Deckers, au lendemain de la Première Guerre mondiale, s’installa à Alger, où il signa notamment de très nombreux portraits, mais aussi des scènes de genre, qui confirmèrent sa réputation d’orientaliste. En 1940, il quitta l’Algérie pour le Congo, où il restera dix ans avant de regagner Alger, d’où, en 1966, il revint finir ses jours à Verviers.

Durant de nombreuses années, Èmile Deckers revenait passer quelques semaines à Verviers, où il peignait des "portraits de famille" appréciés et qui font encore souvent partie de collections du patrimoine privé dont ils ne sont jamais sortis.

 


 

[Musée des Beaux-Arts et de la Céramique, rue Renier, 17, 4800 Verviers, restauration en public les lundi 26 et mardi 27 juin, 14-17h.]

Mise à jour le Vendredi, 23 Juin 2017 23:24
 

Vous n'avez pas le droit d'ajouter un commentaire : veuillez vous connecter ou vous enregistrer.