René Cabodi et Serge Gangolf au Pouhon Prince de Condé. Jusqu'au 18/06 PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Albert Moxhet   
Samedi, 27 Mai 2017 04:30

Samedi Coup de cœur d’Albert Moxhet

Deux des plus grands artistes de notre région, un peintre et un sculpteur, sont réunis à Spa dans une exposition fondée sur le contraste qui s’établit entre la fantaisie surréaliste de l’un et la rigueur géométrique de l’autre.

 
Et c’est bien là un caractère important de cette exposition : la différence des techniques et des matériaux, mais aussi de l’inspiration et de la réalisation, relance à chaque moment  l’intérêt du visiteur pour des œuvres qui, chacune dans son univers particulier, se côtoient sans se nuire.

Avec René Cabodi, on pénètre dans un monde où les images se bousculent, s’entrechoquent pour se rencontrer dans le champ couvert par la toile. Les ensembles ainsi formés font de celle-ci comme l’instantané du mouvement concerté de plans se chevauchant sur un écran pour illustrer ou faire éclater un thème. On peut y trouver des marionnettes liégeoises aussi bien que des expressions prises au pied de la lettre, comme ce … pied de table pris sur le vif de l’expression.

Et puis, comme pour revenir à quelque chose de plus calme, c’est soudain le portrait d’une femme ou d’une petite fille jouant sur une pelouse qui amènent une pause dans ce déferlement surréaliste où le corps humain devient écran de télévision à côté de paysages bâtis auxquels s’accroche la physionomie et l’histoire de notre région. Sans doute avons-nous dans cette production picturale riche en allusions une réflexion flamboyante sur notre monde et notre époque.

 

 


 

On connaît le goût de Serge Gangolf pour des formes épurées s’inscrivant dans l’unicité de matériaux qui montrent ainsi toute leur noblesse, qu’il s’agisse du métal ou de la pierre. Cette exposition montre aussi combien l’ascèse des formes peut engendrer l’idée de mouvement – d’une vague, par exemple – à travers le fini exemplaire apporté à l’œuvre ou des détails qui ne se répètent pas dans les variations successives d’une même œuvre de base.

Un autre élément intervient dans les œuvres de Serge Gangolf, un élément auquel on ne pense pas toujours lorsqu’il s’agit de sculpture : la lumière. Il ne s’agit pas ici de jouer avec des spots créant des ombres pour souligner le relief. Avec Serge Gangolf, c’est le matériau lui-même qui, avec la forme que lui donne le sculpteur, élabore son propre code lumineux. Polis avec un soin extrême, le métal ou le marbre noir reflètent ou renvoient la clarté ambiante, tandis que l’opalescence du marbre blanc absorbe la lumière pour la diffuser discrètement au travers des formes créées par l’artiste.

[Exposition René Cabodi et Serge Gangolf, Pouhon Prince de Condé, rue J. Gérardy, 1, 4900 Spa, jusqu’au 18 juin, je-di :14-18h] 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  

 

Mise à jour le Samedi, 27 Mai 2017 05:19
 

Vous n'avez pas le droit d'ajouter un commentaire : veuillez vous connecter ou vous enregistrer.