Exposition Anne Frank. Stavelot. Jusqu'au 14/02/16 PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Albert Moxhet   
Jeudi, 09 Avril 2015 13:50

Samedi Coup de cœur d’Albert Moxhet

En travaillant durant plusieurs années avec la Maison Anne Frank d’Amsterdam et le PAC de Verviers, Virgile Gauthier voulait mettre sur pied à l’Abbaye de Stavelot une exposition inédite resituant tout le contexte au centre duquel s’inscrit le bouleversant témoignage sur une des plus sombres tragédies de l’histoire contemporaine qu’est Le Journal d’Anne Frank.

 
Le résultat est à la hauteur de ce qu’on pouvait attendre. L’histoire de la famille Frank, depuis la Première Guerre mondiale jusqu’à son entrée dans la clandestinité, en 1942, fait l’objet de ce qui projeté et montré dans la Chapelle, au rez-de-chaussée de l’Abbaye. Fort bien conçue, la ligne du temps se déroule en une frise qui met  en parallèle les repères historiques de la montée du nazisme et la vie de la famille Frank, qui va fuir l’Allemagne en 1933 pour s’installer à Amsterdam. Anne a quatre ans. Le 10 mai 1940, les Allemands envahissent les Pays-Bas, les persécutions antisémites commencent dans l’Europe occupée. En juillet 1942, Margot, la sœur aînée d’Anne reçoit une convocation pour un « camp de travail » en Allemagne, les Frank entrent alors dans la clandestinité. Anne à treize ans, elle reçoit le carnet à carreaux rouges qui deviendra son journal, qu’elle tiendra jusqu’à leur arrestation sur dénonciation, le 4 août 1944.

Tous ces repères chronologiques sont illustrés d’une part au moyen de documents d’archives et, par ailleurs, par des photos de l’album de famille des Frank. Le contraste s’impose de lui-même entre la dureté des images du régime nazi et les photos de l’intimité familiale des Frank.

 

 La suite de l’exposition se trouve dans la salle des Combles de l’Abbaye ; le visiteur y pénètre en déplaçant le rayonnage qui masquait l’entrée de l’annexe où se cachaient les clandestins. Ici aussi, les repères historiques, photos, documents et objets jalonnent le déroulement du temps. La maison et l’annexe sont représentées avec précision, de même que l’organisation de la vie extrêmement discrète des huit personnes recluses. Avide d’espace, de liberté, Anne tient son journal ; à l’annonce du débarquement, elle envisage de le transformer en roman à publier après la guerre ; en parallèle, elle poursuit alors la rédaction des deux écrits. Arrestation, les huit clandestins seront dans le dernier train pour Auschwitz-Birkenau, Anne meurt du typhus à Bergen-Belsen en février 1945. Seul son père reviendra des camps à Amsterdam, où Miep Gies, son ancienne secrétaire, lui remettra le journal d’Anne, retrouvé dans l’annexe. L’exposition s’achève par l’évocation sobre et puissante de la Shoah, du procès de Nuremberg, de la création de l’ONU et de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, en 1948.

Le parrain de l’exposition est Henri Kichka, l’un des derniers survivants juifs belges des camps de concentration. Né à Bruxelles en 1926 dans une famille d’émigrés polonais, il fut interné dès septembre 1940 en France par les gendarmes de Vichy. De retour en Belgique, sa famille sera déportée et assassinée deux ans plus tard. Son père et lui connaîtront plusieurs camps, la Marche de la Mort du dernier hiver de la guerre, Buchenwald, enfin, où son père meurt. Aujourd’hui encore, il se consacre, en Belgique et à travers le monde, à un devoir de mémoire et à une mise en garde contre les dérives extrémistes. Dessinateur comme lui, son fils Michel a publié une bande dessinée, Deuxième génération, qui prolonge la réflexion sur l’univers concentrationnaire.

 


 

[De nombreuses animations et visites guidées – scolaires et autres – autour de l’histoire d’Anne Frank et autour du combat pour les Droits de l’Homme sont organisées dans le cadre de cette exposition ouverte tous les jours, sauf le 25 décembre et le 1er janvier, jusqu’au 14 février 2016, de 10 à 18h. Abbaye de Stavelot, Cour de l’Abbaye, 1, 4970 Stavelot, 080/88 08 78, www.abbayedestavelot.be , Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. , Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ]  

Mise à jour le Jeudi, 09 Avril 2015 14:19
 

Vous n'avez pas le droit d'ajouter un commentaire : veuillez vous connecter ou vous enregistrer.