Le Musée en liberté. Spa. Jusqu'au 8/11 PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Albert Moxhet   
Jeudi, 02 Avril 2015 19:20

Samedi Coup de cœur d’Albert Moxhet

Voilà cinquante ans que le Musée de la Ville d’Eaux s’installait à la Villa Royale afin d’assurer la sauvegarde des collections conservées jusque-là dans un Waux Hall de plus en plus déglingué. Sous la conduite du Dr André Henrard, avec le concours de nombreux bénévoles et la création de l’asbl Histoire et Archéologie spadoises, l’ancienne résidence de la Reine Marie-Henriette devint ainsi ce lieu charmant où sont mises à l’honneur les traditionnelles "jolités" en bois de Spa, mais aussi, au rythme des années, les objets et documents qui retracent les multiples aspects de la vie dans la ville d’eaux. Mais, pour ce jubilé, le musée s’est donné une plaisante liberté.

 
Marie-Christine Schils, la conservatrice, et son adjointe, Annick Jean, ont en effet choisi de montrer avec fantaisie une cinquantaine de pièces remarquables ou étonnantes des collections. Cette fantaisie, elles l’ont confiée à "quatre artistes créateurs d’univers très différents qui ont détourné, sonorisé, sublimé et scénographié ces objets pour créer une exposition ludique et impertinente". Ce qui a de quoi surprendre sans doute certains visiteurs, mais fait souffler un joli vent d’aimable folie dans la façon de considérer ce patrimoine classique. C’est le moment de se rappeler que le terme classique se rapporte à ce dont les qualités défient le temps.

 

Fransua de Brussel, Vincent Leclercq, Nicolas Haesbroeck et votre serviteur, chacun pour une dizaine d’objets et avec ses moyens particuliers, ont créé des commentaires, ambiances sonores et visuelles dont l’humour, la réflexion et l’originalité ne manquent pas de secouer la poussière du temps, une poussière qu’on ne trouve d’ailleurs jamais dans ce musée. Accompagnés cependant de leur notice "officielle",  des objets du quotidien, des documents historiques, des œuvres et des personnages se retrouvent ainsi mis en situation de manière inattendue, sous un angle qui peut révéler une autre façon, peut-être ludique, de les envisager. Ce qui laisse la porte ouverte à un nouveau public potentiel, susceptible de prendre ainsi conscience – et  connaissance – de son patrimoine.

 

La scénographie de cette exposition est astucieuse et tient compte de l’utilisation des audio-guides par les visiteurs. Dans leurs stations successives, ceux-ci ont donc à découvrir l’objet, son commentaire classique, son commentaire sonore et/ou sa mise en situation particulière et peut-être d’autres éléments d’accompagnement. Notons aussi que des silhouettes dessinées et découpées par Adelin Guyot et Jean Togaert complètent ou concrétisent tel ou tel moment du parcours.

 

 

[Exposition Le Musée en toute liberté, Musée de la Ville d’Eaux, Villa Royale, avenue Reine Astrid, 77b, 4900 Spa, jusqu’au 8 novembre, 14-18h, 087/77 44 86, www.spavillaroyale.be , Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ] 

 


 

Mise à jour le Jeudi, 02 Avril 2015 19:49
 

Vous n'avez pas le droit d'ajouter un commentaire : veuillez vous connecter ou vous enregistrer.