Umberto Segati et Patrick Menu chez Azur. Jusqu'au 21/09 PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Albert Moxhet   
Vendredi, 15 Août 2014 13:57

Samedi Coup de cœur d’Albert Moxhet

Deux conceptions bien différenciées de l’abstrait s’offrent aux yeux et à la sensibilité des visiteurs de la Galerie Azur, à Spa, avec les œuvres d’Umberto Segati et celles de Patrick Menu, réparties dans les trois étages de la galerie.

 
Il ne faut pas parler ici de confrontation, mais bien plutôt d’une exposition double qui permet d’apprécier, de concevoir et de ressentie l’abstrait en peinture. Avec Umberto Segati (1936-2008), on est dans une abstraction géométrique rigoureuse et l’on n’est pas étonné d’apprendre que l’artiste était ingénieur de profession. Ses compositions sont faites de lignes, de formes simples, de plages aux contours réguliers dont on pourrait dire qu’elles seraient des aplats si la couleur en était lisse. Mais le pastel sec, souvent employé dans ses tableaux, donne un grain qui confère à la surface le caractère plus vivant d’un travail en cours.

 Au travers de l’hommage rendu par la galerie à Umberto Segati, on retrouve l’influence des grandes tendances qui ont marqué l’art abstrait de notre région dans la seconde moitié du XXe siècle : André Blank, Jo Delahaut, Jean Rets, Roger Greisch, … Les rapports de formes géométriques comme aussi les contrastes de couleurs strictement délimitées engendrent des espaces de froide fantaisie.

Chez Patrick Menu (1969), la démarche picturale est d’abord spontanéité. La couleur jaillit de l’émotion, se travaille en nuances et en contrastes avec une fougue qui n’a rien d’anarchique, car l’artiste, qui a  une formation de designer, sait donner à ses compositions des qualités d’équilibre et de cohérence qui en soulignent la puissance. Il sait – et ce n’est pas facile – qu’il y a un moment où il faut s’arrêter sous peine de voir l’émotion initiale se diluer dans un magma jamais achevé. Patrick Menu est un homme de recherches, d’expérimentations, ce qui correspond à une nature où le besoin de créer est fondamental et n’a rien à voir avec l’exploitation d’une formule.

 La "peinture immédiate" qui correspond à son bouillonnement intérieur et qu’il maîtrise dans ses compositions s’accommode donc de recherches sur les nuances et les matières. Et même sur les formats. Car si les grands formats carrés sont le champ de prédilection de cet amoureux des couleurs, ni le noir et blanc ni des formats plus petits ou rectangulaires ne le rebutent. On peut sans doute parler ici d’art informel plutôt que d’abstraction, mais ce qui est certain, c’est que la peinture de Patrick Menu est la chaleureuse concrétisation d’une sensibilité riche en émotion.

[Galerie Azur, avenue Reine Astrid, 48, Spa, jusqu’au 21 septembre, je-sa : 11-18h, di : 11-13h et 15-18h (di 17 août : 10-13h), jours fériés :15-18h. 087/77 11 88, www.galerieazur.be, Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ]

    

 

Mise à jour le Vendredi, 15 Août 2014 14:25
 

Vous n'avez pas le droit d'ajouter un commentaire : veuillez vous connecter ou vous enregistrer.