Un joyau à découvrir : L’Abbaye du Val-Dieu et son jardin romantique PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Best of Verviers   
Mardi, 05 Mai 2009 08:20

Ouvert au public depuis le 1 mai 2009, nous avons eu le bonheur de découvrir le jardin de l’Abbaye avec les premiers visiteurs.

Sans conteste, il s’agit là d’un site enchanteur. Un joyau dans lequel on pénètre sans prendre garde et qui rapidement nous plonge au plus profond de nous là où l’on trouve la sérénité du cœur. Si ce site 5 étoiles vaut manifestement le détour, nous vous conseillons plutôt de venir en semaine,  le site étant souvent bondé aux abords de l'Abbaye le dimanche.

« Le défi est double », explique Michel Gilsoul, responsable de la Communauté  Chrétienne gestionnaire du site : « Attirer beaucoup de monde mais aussi conserver ce lieu de spiritualité avant tout ».

Deux parkings, un à l’entrée du site ou même celui un peu plus haut en montant vers Saint-Jean-Sart assurent la transition entre la vie trépidante dans laquelle nous sommes plongés et le calme qui règne ici. Si vie monastique et calme sont étroitement liés, vous ne trouverez cependant plus de traces de moines aujourd’hui. Ils ont quitté le site en 2002. C’est donc la Communauté Chrétienne qui initie de nombreux projets de qualité.

 

Un jardin exceptionnel de style romantique.

Notre choix de visite débutera tout d’abord par le jardin de l’Abbaye avant de nous rendre ensuite dans l’abbatiale. Enfin, déguster bonne bière et fromages. Pour y accéder, il nous faut pénétrer dans la cour (basse-cour) entourée de bâtiments de style renaissance mosane. Le jardin s’y trouve dans le fond.

C’est sur les 7 hectares du site qui comprend notamment une forêt, pas encore accessible au public, que nous découvrons caché derrières les murs de l’abbaye, un jardin exceptionnel.

De style romantique, il est classé monument historique.

 

Situé en bord de Berwinne, il est aménagé en privilégiant le respect de la nature, faune et flore. Le «fauchage tardif »  confère au site une stabilité écologique. Le but étant qu’il vive de lui-même sous le contrôle limité de l’être humain.

 


 

Ce jardin recèle ici et là des plantes médicinales. Un site varié parce que différents milieux peuvent s’y rencontrer : une zone humide, la prairie, la mare, le ruisseau, la friche, le jardin potager et la forêt. A noter que chiens et petits repas champêtres sont interdits sur le site.

Ce qui frappe d’abord, c’est le calme. Un sentier savamment aménagé vous permet de faire une large boucle soit par la gauche ou par la droite.

La visite du jardin prend un quart d’heure si vous ne vous arrêtez pas. Ce serait bien dommage car quelques bancs vous lancent  des invitations à vous arrêter, non pour l’énergie dépensée mais parce que tout ici est beauté et calme.

 

On compte 18 arbres remarquables qui sont à admirer sur 360°. Le large espace leur a permis de se développer pour qu’ils donnent la pleine mesure de leur beauté.

L’étang confère à l’endroit un charme apaisant. Pour les amateurs de belles photos de nature, vous serez rapidement conquis.

 


Quelques infos sur l'abbatiale.

Elle s'est partiellement effondrée en 1839 et sa reconstruction fut achevée en 1884 grâce au travail de la congrégation de retour sur les lieux après en avoir été chassée à la Révolution française.

L'église dispose aujourd’hui de magnifiques stalles « renaissance » provenant de l'Abbaye de la Paix Dieu.


- Choeur gothique (13è)
- Parties du transept (14è et 15è)

L'abbaye avait une grande tradition brassicole.

Si on y produit aujourd'hui et depuis plusieurs années de la bière fabriquée selon les recettes des moines, c’est grâce à la compétence et à l’opiniâtreté de laïques qui ont repris la brasserie du Val Dieu toujours dans l'enceinte des édifices monastiques.

Plusieurs spécialités peuvent se consommer avec délectation dans la plupart des cafés et brasseries de notre pays : La Val Dieu blonde, la brune et la triple,…

 

Infos pratiques

Les jardins sont ouverts au public gratuitement tous les jours sauf le lundi du 1 avril au 31 octobre de 12 h 00 à 17 h 00. Les visites guidées individuelles s'effectuent, sur réservation, tous les samedis de juillet et du mois d'août. En ce qui concerne les groupes, possibilité durant toute l'année.

087/69.28.28 

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Durée de la visite: 1h15.
Visite toute l'année sur rendez-vous et par groupe de minimum 15 personnes et maximum 70 personnes.
Un guide (français - néerlandais - anglais - allemand) vous fera traverser l'histoire de l'Abbaye. Puis, il vous conduira à la brasserie et vous dévoilera tout l'art du brassage.
Dégustations : bières et fromage du Val-Dieu.
Le site est accessible aux personnes moins valides.
Possibilité de restauration sur le site de l'Abbaye.
Possibilité de promenades au départ de l'Abbaye, notamment celle qui passe par les prairies et Saint-Jean-Sart.
Possibilité d'achat de produits du terroir, d'articles d'artisanat religieux, de livres, de bougies...

 



Petits bouts d’histoire de l’Abbaye du Val-Dieu:

L’abbaye Notre-Dame du Val-Dieu a été fondée en 1216. Elle est l'œuvre de moines de l'Ordre de Cîteaux. L’ordre cistercien ou ordre de Cîteaux est un ordre monastique dont l'origine remonte à la fondation de l'abbaye de Cîteaux par Robert de Molesme en 1098.

Cet ordre influe considérablement sur l'histoire religieuse du XII siècle tant par son organisation que par son autorité spirituelle. Il s'impose dans tout l'Occident en initiant un retour à l’idéal de la règle de saint Benoît : ascétisme, rigueur liturgique et le travail.

Si les moines cisterciens choisissaient en général des lieux peu hospitaliers pour y construire leurs abbayes afin de vivre retirés du monde, on imagine bien que le seul moyen pour survivre dans de tels lieux  était le travail (Construire, défricher la terre,…).

La vallée de la Berwinne correspondait bien à cette idée puisqu’il s’agissait à l’époque d’un lieu inculte et inhabité appelé Val du diable.

Ce sont des moines établis à Hocht près de Maastricht  vivant dans la misère qui ont fondés Val-Dieu.

La physionomie actuelle du Pays de Herve, c’est en bonne partie le fruit de  la présence de moines cisterciens à Val Dieu durant des siècles. Ceux-ci joueront dans notre région un  rôle important dans les domaines intellectuels, économiques, des arts et de la spiritualité.

Grâce à l’octroi de différentes terres, la congrégation devient rapidement le plus riche propriétaire des environs avec plus de 1 000 hectares.

Au cours de son histoire, les bâtiments de l’Abbaye subiront les affres des différents conflits et guerres que connaîtra notre région au fil des siècles. Au total, l’église sera détruite ou incendiée  à quatre reprises. Un incendie détruira l'église une première fois en 1286, reconstruite en 1331.  Une autre fois, ce sont des Protestants, les troupes calvinistes, qui en 1574 ont pillée et mis le feu à l'église et au monastère qui sera  reconstruit une fois encore en 1625,…

La révolution française met fin à la présence des moines à Val-Dieu. C’est après la suppression des Ordres en 1796 que l'abbaye sera mise en vente en 1798. L'abbé directeur se rend alors propriétaire de l'église, du couvent, du jardin et de la ferme. À son décès, tout le domaine devient propriété de sa famille.

À partir de 1844,  le château seul appartiendra aux laïcs, le reste du site étant occupé par des moines qui revivront en communauté à l'abbaye.

Des moines resteront sur le site jusqu’en 2002.

Aujourd’hui, l’Abbaye demeure à la fois un lieu de spiritualité, de culture, d’accueil pour les gens en recherche et surtout un havre de paix au cœur d’un écrin naturel préservé. Un renouveau qu’elle doit à la Communauté Chrétienne du Val-Dieu. En 2009, on comptait 150 000 visiteurs dont 27 000 pour la brasserie.

Mise à jour le Mardi, 26 Mai 2009 21:11
 

Vous n'avez pas le droit d'ajouter un commentaire : veuillez vous connecter ou vous enregistrer.