Randonnée sur le GR 573 Pepinster – Franchimont PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Guy Hutsemekers   
Lundi, 26 Avril 2010 18:47

On vous emmène sur ce GR dans les pas de Guy.

Aujourd’hui 9 avril, le soleil fait enfin ses premières apparitions. Quoi de mieux à faire alors qu’une belle petite randonnée dans la région. Je démarre de chez moi vers 13h30 pour prendre de le train Verviers-Spa démarrant à 13h47 mais je me rends bien vite compte que le temps que prend le bus pour descendre jusqu’à la gare ne me permettra pas d’arriver à bon port à l’heure prévue.

Coup de chance, je croise...

 le bus 701 se rendant à Pepinster.
Il est alors plus ou moins 14h lorsque le bus arrive près de la gare de Pepinster, lieu de départ de ma promenade. Je rejoins une fois de plus le GR 573 à côté du parking de la gare puisque ce point est un carrefour important de ce GR. En effet, de ce lieu, le même sentier de grande randonnée arrive d’Angleur et repart vers Eupen et Botrange mais on peut aussi choisir l’option de partir vers le pont de Belheid via Theux et ses alentours.
Je commence donc à longer la ligne du chemin de fer se rendant à Spa (ligne 44) pour monter sur les hauteurs de Pepinster. La montée est assez raide mais une fois au dessus, la vue nous offre un panorama époustouflant sur la vallée. On y voit sur le versant opposé, le village de Cornesse avec son clocher reconnaissable. Le chemin s’engage alors dans le bois. Attention de bien suivre le balisage car quelques chemins en lacets rencontrent notre GR. C’est à cet endroit que je rencontre une personne venant de l’un de ces sentiers, profitant également du réveil printanier de la nature. Nous avançons à la même vitesse ce qui fait que nous nous rattrapons par endroit. Le chemin entame une descente et contourne une usine bruyante qui gâche quelque peu la tranquillité et le paysage. Une fois arrivé en-dessous, j’arrive à un chemin asphalté qui rejoint la route Pepinster – Theux. Je tourne à gauche pour ne pas me rendre sur cette route et ce chemin remonte vers de vastes prairies où quelques chevaux mangent à leur faim.

 

Presque au dessus, j’arrive à une pierre commémorative expliquant le massacre d’une famille de résistants qui se sont battus pour la liberté des belges pendant la seconde guerre. En lisant l’écriteau, je retrouve la même personne que j’avais laissée derrière moi dans le bois, qui poursuit son chemin sans s’arrêter. Par contre, j’ai été surpris de croiser une voiture à plaque néerlandaise dans cet endroit quelque peut retiré de toute agglomération. Comme quoi leur réputation de grands touristes est bien réelle! J’arrive enfin au-dessus de ce chemin pour arriver à une grosse et vieille ferme. J’en profite pour reprendre mon souffle après cette montée éprouvante et en regardant ma montre, je me rends compte que ¾ d’heure sont déjà passés.
Un peu plus loin, la même personne, que j’ai rattrapé prend son chemin à gauche d’un T. Je la suis sans me rendre compte que tout le monde ne suit pas les randonnées du GR. C’est quelques secondes plus tard, en n’apercevant plus de balises, que je fais demi-tour. Je m’engage alors dans un très beau chemin asphalté entre les prairies et on voit au dessus, sur la gauche, le petit village d’Oneux, situé au bord de la route Verviers – Theux.

Une foi arrivé dans ce magnifique village, je me perds un peu en ne trouvant pas directement des balises. Je croise un vieux chien qui traverse la route, et ce devant une très vieille ferme composée d’une tour.

Construction intéressante qui vaut la peine d’être immortalisée. En continuant mon chemin, le GR redescend entre les prairies et les petits chemins pour arriver enfin sur la descente assez raide de la route venant du Laboru et arrivant dans la ville de Theux. Je longe cette route jusqu’à arriver tout en dessous, au passage à niveau du chemin de fer, mais je ne le traverse pas. Le balisage indique qu’il faut prendre la rue qui remonte sur ma gauche, longeant la gare de Theux et les vieilles usines toujours présentes, mais qui ne sont plus en activité. En faisant très attention, car le trafic à cet endroit est dense, je prends ainsi le chemin indiqué et, un peu plus loin sur cette même rue, je profite de l’excellente luminosité qu’offre le soleil pour m’arrêter et contempler la ville dont les origines remontent au moyen âge. Au loin, on voit le clocher, fortement reconnaissable, de l’église de Theux. Elle date du 12e siècle d’où une architecture hors du commun.

Je tourne alors sur ma gauche pour entamer une longue montée qui va m’amener sur les hauteurs de Theux. En montant le petit chemin, je regarde avec étonnement, et comme un enfant, les nombreux planeurs du Laboru tournoyant dans le ciel bleu. Comme je suis au sommet d’une colline, on a l’impression que les avions, qui décollent pas loin, vont passer juste au dessus de votre tête. La vue à 360° est impressionnante ! Justement, à cet endroit, je suis encore surpris de retrouver, un chemin entre prairies, du même GR 573, que j’avais emprunté quelques semaines auparavant, venant de Pepinster et se rendant au pont de Belheid via Spa. On le voit très bien arriver à hauteur du cimetière de Theux sur la photo suivante.

 

 

Au bas de celle-ci, on observe une fois de plus l’église de Theux et, derrière elle, la route montant sur Sprimont en passant par le village de Mont-Theux. Cette randonnée est certainement une des plus belles à réaliser en été car la vue nous fait rendre compte du magnifique environnement dans lequel les Verviétois habitent.
Je continue mon chemin balisé en me rendant tout droit vers le château médiéval de Franchimont. Je ne le vois pas encore mais c’est imminent ! Je croise un autre randonneur faisant le chemin inverse, le sens normal du sentier de grande randonnée. Je le salue joyeusement juste avant d’apercevoir enfin les ruines du château avec, dans l’axe, la ligne 44 du chemin de fer se rendant ou venant de Spa.

Encore une vue splendide à ranger dans mes plus beaux souvenirs de randonnée. Le chemin entame une descente boisée jusqu’à arriver au centre de Franchimont, à hauteur de l’école Saint-roch Theux. Je prends alors quelques chemins pour retourner sur Theux mais sans longer la grand-route. En arrivant à la gare de Theux vers 16h30, où je m’aperçois qu’il me reste une demi-heure d’attente pour avoir un train qui redescend sur Verviers. Rien de tel, dans ce cas, de profiter du soleil avec une bonne glace dans la main ! Et je ne fus pas le seul à penser ainsi puisque, dans la glacerie même, je retrouve le randonneur croisé à hauteur du château de Franchimont… Comme quoi, la rando, ça creuse ! Je reprends le train de 17h01 à Theux pour Verviers et mon topo guide m’indique que j’ai marché un bon gros 10 km.

Mise à jour le Dimanche, 09 Mai 2010 16:30
 

Vous n'avez pas le droit d'ajouter un commentaire : veuillez vous connecter ou vous enregistrer.