Francofolies, 21 juillet 2012, de Matheo en passant par BJ Scott, Brakni, Cali, Voulzy, Murat PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Best of Verviers   
Dimanche, 22 Juillet 2012 10:49

Cette quatrième journée des Francos a été marquée pour notre équipe par deux rencontres assez exceptionnelles. Celle de Cali avec qui nous avions rendez-vous pour tourner notre film "Déjeuner en paix" et Laurent Voulzy à qui nous avons pu présenter le projet.
Il est réellement intéressé par cette idée sortant de l'ordinaire. Contacts sont pris pour un rendez-vous ! Chouette...

Il en va de même pour la talentueuse, joyeuse et dynamique BJ Scott que nous verrons aussi à Fiestacity à Verviers l Un festival à retenir pour lequel notre ami Francis Geron et son équipe se démène sans compter. Une belle affiche, nous en reparlerons.

La journée fut surtout marquée par quelques grands moments.

Nous pensons particulièrement à la fête à Suarez, au passage de Mauranne, Rachida Brakni la compagne d'Eric Cantona,  ainsi qu'à Jean-Louis Murat, même si notre photographe Jacques Clérin a du travailler durant les trois premières chansons attribuées aux photographes dans des conditions d'éclairage très pénibles.
Jean-Philippe Jason, Alex Caro et Fabienne Caro ont chroniqué certains concerts, voici leurs compte-rendus. Les photos artistique sont de Jacques Clérin, comme d'habitude devrait-on dire ! Avec Sophie Gardier, nous avons réalisé les rencontres avec les artistes. Le montage est en cours. 

Bonnes découvertes et merci pour votre confiance dans notre site !

 

 

Beautiful Badness à 13h00 scène Ice Watch

 

 

Jacques Clérin sur notre rubrique Best of Music   

 

 

Colline Hill Dôme Fortis à 14h

 


Jacques Clérin sur notre rubrique Best of Music  

 

 

F. Delavega & J. Frerot à 14h00 scène Proximus

 


 

   Jacques Clérin sur notre rubrique Best of Music 

 

 

Nicolas Scène Ice Watch à 14h45

 

 
  Jacques Clérin sur notre rubrique Best of Music 

 

Konono N°1, scène Proximus 15h15

 

 

Jacques Clérin sur notre rubrique Best of Music 

 

MaTheo, Scène Dôme, 15h15

Le public a répondu présent en ce début de journée. Les places assises du Dôme sont bien remplis et il y a encore pas mal de foule debout derrière. On peut y voir des gens de tous les âges et il y a un clan de fidèles sur la gauche !
 La formule au début est un soft : deux guitares acoustiques, basse, batterie. L’univers que nous propose MaTheo,  c’est pas très folichon, Les textes parlent de cimetière, de s’ouvrir les veines,… Ce n’est pas du gothique, loin de là, c’est du rock francophone, mais ce n’est pas le sourire éclatant et communicatif de  Jali non plus !
Le chanteur a par moment des intonations très proches de Pierre Rapsat et on est à peine surpris quand il reprend seul « Tous les Rêves » avec grande émotion.
L’espace d’un avant dernier morceau, électrique celui-là, le groupe nous offre un super  groove et une atmosphère plus légère avant de revenir à une ambiance plus grave.  

 

Montparnasse Scène Ice Watch à 16h00

 

 Jacques Clérin sur notre rubrique Best of Music 

 

 

Rachida Brakni, Scène Dôme, 16h45

 

En formation rock plutôt classique : chanteuse, guitare, basse, batterie, clavier, nous découvrons  Rachida Brakni lors du sound-check : charmante.

 

Les musiques sont composées par Cali, qu’elle remerciera pendant le concert et les paroles écrites par son mari, Eric Cantonna.

 

Oui, oui, King Eric.

 

 Et là non plus, l’ambiance n’est pas légère, c’est grave, on ne rigole pas. Cali a écrit une musique rock plutôt moderne qui s’appuie sur des ambiances, des sons plutôt que sur des mélodies faciles à retenir.

 

Rachida chante plutôt bien et avec beaucoup de conviction mais il y a un décalage (volontaire ?) entre sa façon de chanter plutôt classique et la modernité des morceaux.

 

 

C’est assez intéressant.

 

 

 Jacques Clérin sur notre rubrique Best of Music


Le public lui va et vient. Pas super captivé. Cela reste  une belle performance pour cette chanteuse qui vient de sortir son premier album il y a quelques mois à peine !

 

BJ Scott scène Ice watch 17h45.

BJ de retour dans le parc 2 semaines après son hommage à Janis Joplin, elle nous propose ici avec son groupe ses propres compos rock, blues, folk avec son timbre de voix magique, la dame est bien entourée et le public ne s’y trompe pas lui réservant l’accueil et l’attention qu’elle mérite.

 

Renato et Julie Compagnon, candidats de l’émission ‘the voice’ viendront tour à tour la rejoindre pour chanter en duo.

‘Lady marmelade’ est une véritable osmose vocale pour les 2 chanteuses qui s’en donne à cœur joie ! »J

 J’ai eu le privilège de belles rencontres cette année et l’avenir musical belge avec  les meilleurs candidats de ‘the voice’, Thank you so much to the beautifull audience here in Spa »

 

 

Jacques Clérin sur notre rubrique Best of Music 

 


 

Suarez  scène Proximus 18h45


 La fête à Suarez est à la hauteur de l’attente pour ce groupe qui continue son ascension vers les sommets de l’audimat belge et européen (gros carton en France), passage à Taratata voici quelques semaines.

 

Le quatuor à corde ‘Tana’ est venu rehausser le répertoire de sa présence ainsi qu’une section cuivre pour étoffer leurs chansons déjà bien accrocheuses !


Folle ambiance dans les rangs des Francofous présents en masse pour ce concert aux allures festives et riches de belles émotions.

 

 

 

 Jacques Clérin sur notre rubrique Best of Music


Cali scène Ice watch 20h15.


Cali nous avait dit plus tôt dans l’après-midi lors de sa conférence de presse :


« C’est donc une tournée acoustique cette fois, très différente de la précédente, le côté famille , j’en ai besoin et avec Steve Nieve, nous avons une grande affinité entre nous.

Je revisite mes chansons pour les proposer différemment à mon public »

« Steve Nieve appréciait déjà mon travail et il a accepté de bosser mes chansons lorsque je l’ai appelé ».


« Je redécouvre chaque soir mes propres chansons, et sur la scène c’est un endroit sacré pour nous lorsque nous avons un public,  nous n’avons pas le droit de rater ça car nous avons la grande chance d’avoir ce public et l’opportunité de jouer pour lui ».


Le concert : Cali arrive, sobre dans un costume cravate noire pour nous donner un spectacle vrai, généreux, profond et à la hauteur de ce qu’il propose dans sa formule plus rock et sauvage comme nous l’avons vu auparavant. L’autre face de Cali est intéressante, il se met à nu revisite ses classiques avec intensité et son célèbre acolyte qui à joué avec Elvis Costello, Sting, Lou Reed ou encore David Bowie est omniprésent sans tomber dans le démonstratif. ’’mon amour’, ‘je m’en vais’, ‘c’est quand le bonheur’… Ici en tout cas , mission réussie pour Cali qui a rendu heureux les milliers d’auditeurs suivant son spectacle vivant, vibrant et fort.

 

 

Christophe Willem scène Pierre Rapsat 20h15.
Plus tôt dans la journée Christophe avait répondu à nos questions en conférence de presse :
« J’ai une totale liberté artistique depuis mes débuts en 2006, cela fait partie intégrante de la passion, je suis ravi de revenir pour la 3ème fois à Spa, ça va être chaud »…

 

 
Christophe Willem et notre chroniqueur Alex Caro (Photo A. Caro)

Très attendu par le public jeune et moins jeune venu l’accueillir en masse, Christophe Willem fût à la hauteur des attentes hier soir sur la scène Pierre Rapsat.  Véritable OVNI dans la chanson française, l’artiste mêle avec dextérité le pop, l’electro, le funk et le rock notamment avec l’étonnant « Falling » sorti de son dernier album et dont l’ambiance envoûtante rappelait celle de certains grands groupes de rock.

Entrée de scène avec « Ennemis in LOVE », défraiement de foule jusqu’à la tribune VIP avec « Cool », Christophe Willem enchaîne « Jacques a dit », « Berlin », « Bombe anatomique » « Entre nous et le sol »  et quelques uns de ses nouveaux morceaux comme « Automatik », « Indélébile » ou le divinatoire « Si mes larmes tombent » avec une ferveur et une conviction qu’il communique sans faille à son public.  Nul doute que Spa est à nouveau tombé sous le charme de sa voix cristalline paradoxalement très puissante et sa musique entraînante orchestrée par sa fidèle collaboratrice Sarah de Courcy aux claviers. 

Descente de scène sur un « Starlite » de boîte de nuit et une ambiance à décrocher la lune.

Un tour de chant de main de maître pour un artiste en pleine ascension dans un univers bien personnel et très prometteur.

 

 

Jean Louis Murat, Scène Dôme, 21h30

Les gens sont massés, nombreux pour attendre JLM sous le dôme.

Pourtant Cali n’a pas fini son concert et il déchaine la foule.
Ils sont trois sur scène : guitare, batterie chant. Mais quel trio…on dirait qu’ils sont 5 ou 6.

 

Et ça attaque très rock, très énergique. La Telecaster de Jean-Louis Murat sonne d’enfer !

 

Lui et ses deux compagnons enchaînent les morceaux sans tergiverser, sans blah blah. Les lumières, presque toujours dans le dos des musiciens créent une belle atmosphère de fin de soirée !

 

Bravo aux artistes qui ont assuré  du début à la fin et bravo aux spectateurs qui sont restés jusqu’au bout dans ce froid et cette humidité.  

 

 

 

 Jacques Clérin sur notre rubrique Best of Music


 

 Laurent Voulzy, scène Pierre Rapsat à 22h45
Rencontré l’après-midi même lors de la conférence de presse, l’artiste nous avouait ses craintes de chanter un spectacle calme de musique apparentée au moyen-âge (album « Lys & love »). « Les organisateurs me font confiance pour la grande scène, il s’agit pourtant d’un spectacle intimiste et sobre, on verra, c’est un défi »
Le concert :
La force des artistes de renom et légendaires comme Laurent Voulzy est d’avoir un public exponentiel suite à de nombreux tubes ‘Rockcollection’ , ’Belle- île-en mer’,’’Pêcheur’…
Artiste auteur, compositeur, musicien de grand talent, excellentissime arrangeur ultra perfectionniste, Laurent est avant tout un artiste de studio et l’album expérimental ‘Lys & love’ a beau contenir la chanson de l’année ‘Jeanne’ écrite par lui et Alain Souchon, ce concert calme et limpide et d’une clarté musicale profonde, s’adresse à un public averti, connaisseur et attentif. Il aime la Belgique, le dit et a invité la chorale Verviétoise ‘A Piacere’ dirigée par Robert Ortmans afin d’apporter une touche supplémentaire et forte dans ‘Lieber Man, liebe Frau’. Ce concert a du mal à décoller malgré la qualité et aurait certes eu une réception plus adéquate dans un lieu se prêtant mieux à ce type de spectacle.

 

 

 

A demain !

Photos artistiques : Jacques Clérin sur notre rubrique Best of Music

Compte-rendus et chroniques : Alex Caro, Jean-Philippe Jason, Fabienne Caro

Mise à jour le Dimanche, 22 Juillet 2012 12:07
 

Vous n'avez pas le droit d'ajouter un commentaire : veuillez vous connecter ou vous enregistrer.