Peinture, porcelaine et photos chez Christie. Jusqu'au 19 juin PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Albert Moxhet   
Vendredi, 10 Juin 2016 05:20

 

Samedi Coup de cœur d’Albert Moxhet

Des retrouvailles et deux découvertes sont au programme de l’Espace d’Art Christie, à Soiron, jusqu’au 19 juin. Cela signifie qu’on y retrouve avec plaisir les paysages de Marcel Leruth et qu’on découvre les porcelaines peintes par Nicole Crustin, de même que les photographies par lesquelles Daniel Herbinaux révèle le charme ancien de Soiron.

À la veille de fêter ses 70 ans de peinture, Marcel Leruth propose ici une véritable célébration de sa terre natale, le Pays de Herve. Lui qui a parcouru le monde pour des raisons professionnelles ou privées, sans jamais oublier crayons et pinceaux, a gardé un grand amour des paysages de son enfance, les villages et campagnes du plateau verdoyant. Avec l’énergie qui l’a toujours caractérisé, avec aussi un sens du jeu des couleurs extrêmement riche par la lumière qui en émane, il en offre une vision somptueuse qui, selon les saisons, éclate de fraîcheur printanière comme de majesté automnale.

Proche de l’aquarelle, la peinture sur porcelaine ou sur carrelage réclame une très grande sûreté de pinceau et un sens esthétique qui permette une heureuse union entre l’objet à décorer et le motif choisi. Nicole Crustin, qui avait toujours eu un crayon au bout des doigts, a profité de la retraite pour se lancer dans la peinture sur porcelaine au gré de son imagination, ce qui veut dire que, à côté des sujets classiques que sont les fleurs, les paysages, les oiseaux et autres animaux, elle peint aussi des motifs d’inspiration géométrique. Elle s’intéresse à diverses manières de travailler dans cette discipline délicate qu’elle a longuement pratiquée avant d’oser se risquer à exposer. Et on peut se réjouir qu’elle ait franchi le pas.

  

Le regard que Daniel Herbinaux porte sur Soiron s’apparente à une contemplation active. C’est le genre de démarche qui demande du temps, parce qu’il faut se pénétrer de l’atmosphère du village en tant qu’un ensemble, en y multipliant les points de vue sans oublier l’importance des détails. Le choix de ceux-ci sera déterminant parce que c’est justement ce qui sort de la norme attendue qui transcrit l’âme d’un lieu et que donne à voir le photographe : la marche cassée dans un escalier de pierre, les pointes à perte de vue d’une grille, quelques-uns des trous d’aération dans le mur d’un séchoir à chardons, la lumière jouant sur le bas de l’embrasure d’une vieille porte, trois blocs de pierre improvisant un banc, … Les nuances toujours précieuses du noir et blanc font chanter la matière et les volumes.

[[Espace d’Art Christie, Saint-Germain, 155C, Soiron (Pepinster), jusqu’au 19 juin, v.s.d. : 14-19h, 087/880 186, Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. , www.christieart.skyrock.com]    

 

Mise à jour le Vendredi, 10 Juin 2016 05:53
 

Vous n'avez pas le droit d'ajouter un commentaire : veuillez vous connecter ou vous enregistrer.