Photos Module 3. Hodbomont. Jusqu'au 18/10 PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Albert Moxhet   
Mercredi, 07 Octobre 2015 10:10

Samedi Coup de cœur d’Albert Moxhet

Ils ont appris à reconquérir le noir et blanc ! On sait combien les  élèves d’Erik Duckers à l’Atelier Photos du Centre culturel de Theux ont réussi à découvrir leurs talents au travers d’une formation à la fois exigeante et fondée sur l’initiative personnelle. L’exposition des travaux du Module 3 de cet atelier montre que la pratique du noir et blanc constitue un couronnement.

 
Habitué à voir des sujets graves photographiés en noir et blanc par Sebastião Salgado, j’avais été surpris, lors d’une exposition des photos de Roger Job sur les survivants du génocide rwandais,  de constater que ce sujet avait été traité en couleurs. « Vous savez, me répondit ce grand photojournaliste, aujourd’hui, le noir et blanc, c’est élitiste. Pour toucher le public, il faut la couleur.» On était loin, évidemment, des années 1950 ou 1960 où le luxe, c’était justement la couleur. Et le numérique, qui s’est répandu partout et dans tout avec une incroyable facilité, a banalisé la couleur.

Passer au noir et blanc prend de nos jours la forme d’une transposition du regard qui peut demander un grand effort. On découvre à l’envers ce que faisaient quelques célèbres réalisateurs à la grande époque des films en noir et blanc : ils donnaient à certains décors et costumes des couleurs parfois surprenantes pour obtenir à l’image de subtiles nuances dans les noirs comme dans les gris ou les blancs. Partant de leurs prises de vues en couleurs – avant même de presser le déclic – les élèves du Module 3 devaient pouvoir imaginer ce que "ça" allait donner en noir et blanc. Mais le défi était double, chaque élève devant aussi trouver par lui-même le thème qu’il allait exploiter pour en tirer – en noir et blanc – un maximum de cinq photos qui participeraient à l’exposition.

L’expérience acquise par chacune et chacun des vingt élèves au cours des deux modules précédents – chaque fois d’un an – devient ici déterminante. Sur le plan technique, bien sûr, mais aussi dans les domaines du sens artistique et, ce qui n’est pas le moins important, de l’autonomie. La pédagogie adoptée par Erik Duckers trouve son plein épanouissement dans l’indépendance à laquelle chacun arrive pour exprimer à travers l’image sa sensibilité personnelle. Faut-il dire que, dans le cadre privilégié du château de Hodbomont, cet ensemble de haut-vol trouve une mise en valeur amplement méritée ?

[L’exposition Module 3 de l’Atelier Photos du Centre culturel de Theux est ouverte au Château de Hodbomont, Hodbomont, 20, 4910 Theux, jusqu’au 18 octobre, les samedis et dimanches de 14à 18h.Info : Centre culturel de Theux, 087/64 64 23, www.cctheux.be ]

    

 

Mise à jour le Mercredi, 07 Octobre 2015 10:38
 

Commentaires  

 
0 #1 Jean Nizet 11-10-2015 16:31
Je suis décidé à refaire du noir et blanc, mais il faut reconnaitre qu'après le numérique ce n'est pas facile, mais je voudrais remettre en service tout un stock de marériel dont je n'ai jamais voulu me débarasser. Avantage du NB : on peut couper le négatif et le developper de suite, entre'autres
 

Vous n'avez pas le droit d'ajouter un commentaire : veuillez vous connecter ou vous enregistrer.