Les 50 ans de Cercle Artistique de Spa. Jusqu'au 30/07 PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Albert Moxhet   
Mercredi, 15 Juillet 2015 16:58

 

Samedi Coup de cœur d’Albert Moxhet

Jolie performance pour le Cercle Artistique de Spa, qui fête son demi-siècle d’activité par une exposition d’ensemble à la Salle Quirin, dans les Jardins du Casino. Le nom du lieu n’est pas indifférent, puisque c’est le photographe Roméo Quirin (1894-1967) qui fonda le Cercle en 1965, afin de mettre l’art en valeur à Spa, en y invitant des artistes régionaux comme étrangers.

Avec des hauts et des bas, comme on peut l’imaginer pour toute entreprise humaine de longue durée, le Cercle Artistique a fait connaître au public non seulement spadois, mais aussi international qui fréquente la ville d’eaux, la production d’un très grand nombre d’artistes, principalement des peintres, mais pas uniquement.

La tendance générale des expositions organisées au Cercle se situe dans une ligne plutôt classique du figuratif, relevée, bien sûr, de diverses exceptions dont l’une des plus notables fut assurément celle des sculptures et peintures d’André Wilkin. À l’initiative de ses animateurs – pensons au Dr Henrard, à M. et Mme Mannheims, aux demoiselles Rémy et à la présidente actuelle, Myriam Alexandre – de nombreuses activités ont été organisées, visant à stimuler la création et les contacts, par exemple des concours à thème ou l’invitation d’artistes de divers pays.

Dans son discours d’inauguration, le bourgmestre, M. Joseph Houssa, a souligné combien il était important qu’existe une telle vitrine qui permet de concrétiser aux yeux du public ce pan de l’activité artistique et culturelle intensément liée à l’histoire de Spa.

 


 

L’exposition marquant cet anniversaire réunit trente-trois artistes ayant exposé au Cercle, chacun étant représenté par une oeuvre pour laquelle il a écrit un texte expliquant la raison de son choix. C’est parfois court, parfois développé. C’est aussi touchant, comme avec Yvonne Lambert, qui, dit-elle, a peint pour la dernière fois une brassée de lilas comme celles que son mari allait cueillir pour elle tôt le matin, afin qu’elle ait le temps de les peindre dans toute leur fraîcheur.

 


 

[L’exposition est encore visible après les Francofolies, du mardi 21 au jeudi 30 juillet, tous les jours, de 14 à 18h] 

Mise à jour le Mercredi, 15 Juillet 2015 17:18
 

Vous n'avez pas le droit d'ajouter un commentaire : veuillez vous connecter ou vous enregistrer.