Le Chat et le Vietnam PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Albert Moxhet   
Vendredi, 03 Octobre 2014 20:04
  

Samedi Coup de cœur d’Albert Moxhet

Ils n’ont rien à voir l’un avec l’autre – pour le moment, du moins – et ce billet pourrait aussi bien s’intituler Geluck et la gravure sans que cela y change quoi que ce soit. Le Chat est à Spa et les graveurs vietnamiens à Verviers pour un dialogue avec leurs collègues belges.

Chacun le sait, le Chat de Philippe Geluck a la langue bien pendue et l’esprit aiguisé. Son humour constant est fait de jeux de mots, d’évidences vues sous un angle original qui force à la réflexion, d’un démontage d’idées reçues qui n’épargne rien ni personne et peut même se montrer cruel sous un jour bonhomme. Et c’est là que réside le paradoxe du Chat : son humour est principalement verbal, mais acquiert toute sa force par le dessin. Que le Chat soit né dans un journal n’est pas indifférent. C’est le propre du dessin de presse de dégager tout son impact en un seul coup, voire de développer une situation dans les trois ou quatre vignettes d’un strip. Philippe Geluck est évidemment un maître en la matière.

L’exposition présentée par Caroline Chachati dans sa Galerie Azur, à Spa, réunit de nombreuses déclinaisons du talent de Philippe Geluck : dessins, peintures, sérigraphies, sculptures en bronze ou en résine et même – ce qui n’a rien à voir avec le Chat – de vertes "salades César" cultivées selon la méthode du célèbre compacteur français. On est donc dans un environnement où les multiples ne manquent pas, ce qui ne doit pas étonner puisque le Chat relève du monde de la presse. Chacun cherche son chat signalait Cédric Klapisch dans un de ces premiers longs-métrages ; sans problème, chacun peut ici le trouver. [Galerie Azur, avenue Reine Astrid, 48, Spa, jusqu’au 9 novembre, je-sa : 11-18h, di : 11-13h et 15-18h, 087/77 11 88, Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ]

 

Dialogue gravé Belgique-Vietnam. Cela fait quelques années déjà que Michel Barzin a lancé la formule du Dialogue gravé. La première édition concernait la Pologne, qui était encore sous la férule de Jaruzelsky et l’acheminement des œuvres n’avait pas été de tout repos, en ce compris la douane belge. Cette année, le pays partenaire de nos graveurs est le Vietnam, dont l’ambassadeur dans notre pays et un des artistes, Le Huy Tiep, étaient présents au vernissage. L’exposition propose des œuvres de six artistes de chacun des deux pays : Pol Authom, Michel Barzin, Marie-France Bonmariage, Chantal Hardy, Martine Monfort, Habib Harem pour la Belgique et Le Huy Tiep, Ngo Anh Co, Nguyen Phuong Nghia, Phan Hai Bang, Pham Khac Quang et Virginie Faivre d’Arcier, Belge installée à Hanoï, pour le Vietnam.

Si chacun et chacune de nos graveurs et graveures a sa personnalité, son style et son inspiration propres, il en va de même pour leurs invités, qui nous font aussi découvrir d’autres matériaux et techniques, ce qui initie de fructueux contacts entre artistes, parce qu’évidemment une telle manifestation ne s’improvise pas plus qu’elle ne reste sans suites, l’exposition se déplaçant à Hanoï l’an prochain. On retrouve ainsi, à une échelle intercontinentale, une caractéristique du monde de la gravure, où existe, à un niveau plus régional, une convivialité entre artistes que l’on ressent moins dans d’autres disciplines. À tous points de vue, cette exposition et les événements qui s’y organisent stimulent le regard et la réflexion sur la manière de renouveler l’expression artistique traditionnelle. [Musée des Beaux-Arts et de la Céramique, rue Renier, 17, Verviers, jusqu’au 19 octobre, lu, me, sa : 14-17h, di : 15-18h.087/33 16 95, Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ]    

   

Mise à jour le Vendredi, 03 Octobre 2014 20:39
 

Vous n'avez pas le droit d'ajouter un commentaire : veuillez vous connecter ou vous enregistrer.