Verviers, "Rencontre avec nos écrivains", 12/10/2010 PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Best of Verviers   
Samedi, 27 Novembre 2010 06:56

"Rencontre avec nos écrivains", Arnold Couchard, c'est une rencontre des écrivains régionaux. Pourquoi cette rencontre ?


Cette manifestation est née tout d'abord du constat de la vitalité et de la variété des auteurs que compte notre région. Ensuite, de l'idée que regrouper nos énergies et nos moyens permettraient de mieux en montrer le dynamisme.
De la littérature de fiction à l’ouvrage documentaire ou historique ; romanciers, poètes, nouvellistes, chroniqueurs, historiens ou folkloristes... tous ont des qualités remarquables qui méritent d’être reconnues ou mieux connues.

Si les 22 auteurs sont bien représentatifs de notre littérature, ils n’en sont aussi qu’un coin du paysage et non pas le panorama complet. Loin de là.
Je voudrais surtout, lorsqu’on parle d’eux, qu’il soit bien clair que l‘adjectif "régional" ne peut être pris que dans son sens purement géographique et non pas réducteur. On verra bien, en effet, que les sujets et les qualités de leurs œuvres les placent bien au-delà des frontières de notre région.
Mais d'abord, je tiens à préciser que, bien plus qu'une rencontre entre écrivains, il s'agit d'une rencontre entre les écrivains et leur public.
Vous savez, le choix de l'écriture pour s'exprimer, pour partager ses émotions ou son savoir, procède au départ d'une certaine ambivalence, vouloir communiquer malgré bien souvent une certaine introversion qui fait que l'écrivain souhaite rarement devenir un personnage public. L'écrivain est quelqu'un qui se sent plus à l'aise devant sa feuille et son stylo (ou son clavier...) que devant un public.  Contrairement aux musiciens, aux conférenciers, aux plasticiens... les écrivains n'ont que très rarement l'occasion de rencontrer leurs lecteurs. Un livre, c'est un peu jeter une bouteille à la mer sans savoir qui la trouvera, ni même si quelqu'un la trouvera.



- Ce n'est pas la première éditions. La gare de Verviers, L'hôtel de ville d'Ensival, la Place du marché à Verviers puis ici, un fleuron de notre architecture. les lieux remarquables vous inspirent ?
Tant ces lieux que la littérature font partie de notre patrimoine. Notre but étant de nous ouvrir au public, pourquoi pas utiliser des lieux publics ? Bien sûr, on est habitué à organiser des séances de signature dans des librairies, et c'est l'endroit le plus logique. Il y a cinq ans, lorsque nous avons organisé notre première manifestation, au buffet de la gare de Verviers, cela pouvait paraître saugrenu. Je constate aujourd'hui que, de plus en plus et un peu partout, des auteurs investissent des brasseries ou d'autres lieux de rencontre pour proposer leurs dédicaces. Je crois aussi que le public se sent plus à l'aise dans un  cadre moins formel et que les échanges entre les lecteurs et les auteurs s'y situent sur un plan beaucoup plus personnel.

- Est-ce important pour vous de se réunir entre "collègues" écrivains ?
 C'est vrai que nous avons rarement l'occasion de nous rencontrer, sinon occasionnellement et sur le plan privé. Je dois avouer que, pour ma part, j'éprouve toujours beaucoup de plaisir à la préparation de ces manifestations car elle me permettent, à chaque fois, de découvrir de nouvelles personnalités et de m'ouvrir à nouvelles amitiés. Nous pouvons aussi échanger nos expériences et nos idées et pas seulement sur le plan littéraire. C'est aussi un encouragement mutuel qui nous permet de persévérer malgré la sensation, bien souvent, de "parler" dans le vide mais aussi les difficultés entre autre d'être diffusé.

- Qui sont ces auteurs ?
Il y a d'abord la "vieille garde", ceux qui ont participé à la manifestation depuis le début : Michel Bedeur, Jean-Luc Bosquin, Marie-Pascale Defossé, Philippe Groulard, Claude Hercot et Paolo Zagaglia. Puis ceux qui nous avaient rejoint l'année dernière : Gérald Delvaux, Albert Fleury, François Vincennes, Mona Korak et Léna Mariel. Enfin de nouveaux venus, qui n'en sont pas nécessairement tous à leur coup d'essai : Lyndia Bastin, Paul Blanjean, Laurence Cornet, Paul De Ré, Paul Fauconnier, Charlotte Polis, Guy Roggemans et Timotéo Sergoï. Nous aurons aussi Guy Delhasse, verviétois d'origine et qui vient de publier un ouvrage sur "Verviers Littéraire". Et enfin, Béatrice Szapiro, fille de Jean Ederne-Hallier et petite fille de Béatrix Szapiro qui viendra de Paris et présentera son ouvrage biographique de Christian Beck, autre verviétois célèbre et dont elle est l'arrière-petite-fille.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

-  Quels sont leurs points communs ?
La plupart n'ont pas eu la chance de trouver un éditeur notoire et ont fini par décider de s'auto-éditer, avec tout ce que cela implique comme sacrifices et comme dépenses d'énergie.  Le découragement est souvent au tournant et je crois que notre manifestation nous permet de nous ressourcer un peu et d'y puiser justement le courage qui nous permet de continuer à y croire.

- Les nouveautés qui seront présentent durant cette édition 2010 ?

Elles ne manquent pas. L'année écoulée a été fertile en nouveautés. D'abord dans les thrillers...  "La Vesdre meurtrière", de Lyndia Bastin, qui a déjà connu un beau succès de librairie. Le nouveau roman de Philippe Groulard "Acqua Alta" et celui de Claude Hercot "Le cinglé". François Vincennes tâte aussi du thriller avec "Mourir à Tourneville" et Gérald Delvaux poursuit son cycle d'aventures pour adolescents avec "La bague maudite de Franchimont". Vient de paraître un roman au sujet singulier de Laurence Cornet "La sentence de Calliope". Paul De Ré, après ses quatres ouvrages "La Bètchète", vient de sortir un autre roman historique "L'envol des Crichtons". Charlotte Polis avec "Un amour absolu", nous offre un roman psychologique qui se déroule dans le huis-clos d'une maison isolée aux frontières des Fagnes. Enfin, toujours au rayon des nouveautés les poètes : Timotéo Sergoï dont le recueil "Le tour du monde est large comme tes hanches" a été le coup de coeur de l'Académie Charles Cros à Paris et Paul Blanjean dont c'est le premier ouvrage "Les nuits sont vertes". Paolo Zagaglia a publié le texte de sa pièce "Femme seule chez elle, instable, au bord de l'abîme" et délaissera le montage de son long-métrage le temps de la manifestation. Dans un accès de modestie, j'allais m'oublier : je présenterai mes deux derniers romans "Tout est clair, à présent" et "Dérisoires supputations".

 

 


- Qu'offrez-vous de plus dans ce concept que l'acte de vente dans ce rendez-vous ?
Ma réponse sera un peu la synthèse des autres : l'occasion de rencontrer les auteurs, de faire leur connaissance et de se rendre compte qu'il ne sont pas que "des bêtes à plume"...

- Arnold, merci encore pour cet échange. Donnez-nous encore une ou l'autre bonne raison de venir à ce rendez-vous dès 14h30 le 12 décembre 2010 au Paradise café, 14 rue du manège à Verviers ?

Et bien tout simplement prendre un pot (ou un café...) en notre compagnie.

Succès à vous

 

Mise à jour le Jeudi, 02 Décembre 2010 21:19
 

Vous n'avez pas le droit d'ajouter un commentaire : veuillez vous connecter ou vous enregistrer.