France de Griessen en concert au Spirit of 66 ce 22/09/11 Imprimer
Écrit par Best of Verviers   
Samedi, 17 Septembre 2011 06:49

France de Griessen a passé les premières années de sa vie en Belgique, et elle y revenais très souvent avec sa famille. "J’ai un attachement très fort à mon pays, et à la diversité de ses régions. La Belgique est un petit pays en taille, mais si riche culturellement autant qu’en termes de paysages et d’atmosphères !

Je ne connais pas encore très bien Verviers, mais j’ai déjà pu apprécier les abords de la Vesdre, des jolies petites rues pleines de charme, le musée des Beaux Arts - où j’ai exposé mes aquarelles et dessins au Musée des Beaux Arts il y a un an, dans le cadre d’une exposition consacrée à ma famille, car nous sommes plusieurs générations d’artistes.

Le Centre des Jeunes des Recollets, où j’ai joué au printemps dernier dans le cadre de « Verviers Ville des Mots » … J’ai la chance d’avoir reçu le soutien de votre échevin de la Culture Jean-François Istasse et du CCRV, ainsi que des Amis des Musées de Verviers, et je tiens à les remercier chaleureusement ici, ainsi que Francis Géron du Spirit of 66 ou je me réjouis de me produire le 22 septembre.

Des rencontres que j’ai faites a Verviers jusqu’ici, j’ai eu le sentiment d’échanger avec des gens chaleureux, passionnés, et d’une ville où il se passe beaucoup de choses !


 
Le Spirit of 66 de Francis Geron
 

- Vous êtes chanteuse établie à Paris. Quel est votre parcours ?
    
Je suis une artiste pluridisciplinaire : chanteuse, auteur-compositeur, comédienne, metteur en scène et auteur, performeuse, aquarelliste. J’ai suivi une formation aux métiers du spectacle en France, en Belgique et aux Etats-Unis – je suis allée là bas pour le côté pluridisciplinaire, justement, mêlant différents arts de la scène. J’ai commencé à me faire connaître par des spectacles et performances multimédia mêlant théâtre, musique, vidéo, super-8, éléments chorégraphiques, puis la musique à pris une place prépondérante car je ne peux tout simplement pas vivre sans.

Mon école de vie, c’est celle du rock’n’roll et du punk, du « do-it-yourself ». J’ai commencé dans des conditions plutôt roots, avec les moyens du bord. Je me suis toujours dit que c’est en faisant des choses qu’on rencontrait d’autres gens avec qui faire, et c’est comme cela que j’ai construit mon parcours, qui à croisé celui d’Edouard Baer, avec qui j’ai collaboré pendant longtemps, puis plus récemment celui du réalisateur canadien Bruce LaBruce, ou encore d’Elliott Murphy, avec lequel j’ai enregistré un duo.

Et puis bien sûr celle de François « Shanka » Maigret ( chanteur-guitariste du groupe The Dukes et guitariste de No One Is Innocent), avec qui j’ai collaboré pour mon album « Electric Ballerina ». Je n’ai jamais fait de concessions en ce qui concerne ma musique, ni mon art car c’est ce que j’ai de plus cher et que j’ai un besoin viscéral de liberté. Ce qui fait que ma vie n’est pas toujours simple mais je suis persuadée que c’est justement parce que j’ai suivi ma propre voie que j’ai pu rencontrer des artistes et un public avec qui j’ai eu des échanges aussi exceptionnels.
 



- Paris, une ville idéale, intéressante pour grandir dans le domaine musical ?

Je n’ai pas grandi qu’à Paris, j’ai aussi vécu à Bruxelles quand j’étais enfant et aux Etats-Unis pour mes études, et ce pays à une importance capitale sur mes goûts musicaux : le gros son crade avec des guitares saturées, ou la country et ses  belles mélodies et aux textes empreints d’une forte tension dramatique et un rapport très direct et simple avec le public, ça vient de là-bas !

De Paris, je dirais que, plus que musicalement, c’est la poésie de la ville qui m’a influencé. Ceci dit je suis très sensible à des artistes emblématiques de Paris comme Juliette Gréco, dont le nom est à jamais rattaché à la liberté et à la poésie autant qu’au Paris de Saint-Germain des Prés après-guerre, de Sartre, de Camus ou de Queneau.
Une femme rebelle comme je les aime !
Enfin naturellement, à Paris, il y a beaucoup d’artistes, et pour cette raison, c’est un bon endroit pour y faire des choses, construire avec d’autres, rencontrer des publics très variés. C’est naturellement formateur, bien sûr…



- Aujourd'hui, vous présentez un répertoire pop rock. Un choix qui s'est imposé à vous ?
Le rock c’est ma culture, c’est le sang qui coule dans mes veines, mon mode de vie, et je dirais qu’on s’est choisi mutuellement !  



Votre prochain concert au Spirit, qu'allez vous y présenter ? A quoi peut-on s'attendre ?

Nous allons présenter un set issu de mon album « Electric Ballerina », qui sort le 26 septembre en France (Teen Machine / Rue Stendhal). J’aurai d’ailleurs avec moi en avant première pour les Vervietois quelques albums qui seront disponibles à la vente lors du concert !


Mon univers musical mêle des influences rock, grunge, blues, punk et country, en anglais et en français. J’aime que les atmosphères des chansons soient variées, donc dans mes concerts il y a des chansons qui envoient le bois et le gros son, mais aussi des titres plus calmes, ou on va vers une intensité différente.

En tant que fan de musique et public moi même, j’ai toujours préféré les concerts ou je pouvais traverser différents « états » a travers un répertoire varié tout en restant cohérent, et c’est cela que je veux offrir au public. Je serai accompagnée pour ce concert au Spirit of 66 par François « Shanka » Maigret ( Guitare / The Dukes, No One Is Innocent), Nicolas Lepin (Batterie / Les Petites Bourettes) et Steven Galtera (Basse / The Dukes, Daddy Longlegs).
 

Photos : Natydred 

 

- Un coup de coeur que vous désirez nous partager

Deux des musiciens du groupe The Dukes (www.thedukesmusic.com) m’accompagnent sur scène pour cette date, et comme nous sommes une famille musicale unie, je vais citer leur album « Victory », qui sort le 5 décembre 2011. J’ai d’ailleurs écrit le texte de l’une des chansons, « Nothing In This World ». Leur univers est entre Buddy Holly et les Dandy Warhols, alliant du gros son à des mélodies pop ! Ils seront au Botanique, à Bruxelles, le 15 octobre avec le groupe anglais The Subways.



Infos pratiques
Album « Electric Ballerina » (Teen Machine / Rue Stendhal), sortie en France le 26 septembre 2011, et disponible à la commande partout dans le monde sur mon site : www.francedegriessen.com
Concert à Verviers le 22 septembre 2011 à 20h au Spirit of 66,


Mise à jour le Dimanche, 18 Septembre 2011 19:57