Historiques
Les légendes ont la vie dure PDF Imprimer Envoyer
Dimanche, 30 Août 2009 11:01

Ces derniers temps, j’ai été amené à vérifier un certain nombre d’affirmations parfois péremptoires.

Des légendes sont colportées durant des dizaines d’années, des affirmations sont lancées sans preuves, et souvent reprises même dans les ouvrages les plus sérieux.

Puis on creuse un peu et les certitudes s’effondrent.
En voici quatre exemples. A chacun de faire comme moi, de vérifier, de retourner le plus loin possible. En fait, ce phénomène qui m’a frappé s’apparente à tout ce qu’on a analysé à propos des rumeurs, et qui a fait l’objet de publications savantes.

Mise à jour le Jeudi, 20 Août 2009 11:13
 
Parmentier et l’arrivée de la pomme de terre dans nos régions PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Pierre Israel   
Lundi, 03 Août 2009 07:18

Parmentier et l’arrivée de la pomme de terre dans nos régions et plus spécialement dans la principauté de Stavelot-Malmedy

Avant la guerre, on parlait beaucoup plus qu’aujourd’hui d’un Français du nom de PARMENTIER. Même à l’école primaire où le maître nous le présentait comme le probable introducteur de la pomme de terre en France, mais sûrement comme la personne qui s’est démenée pour la faire connaître. De là à penser que la pomme de terre est parvenue en Belgique via la France, il y a un pas qu’il ne faudrait pas franchir.

Mais qui donc est ce Parmentier (1787-1813) ?

Mise à jour le Jeudi, 30 Juillet 2009 08:59
 
Les grandes étapes de l’histoire sociale verviétoise de 1709 à 1909 : Troisième partie PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Freddy Joris   
Lundi, 20 Juillet 2009 07:35
Si les Verviétois sont parmi ceux qui jettent les bases du Parti Ouvrier, on le doit au travail accompli depuis le début des années ‘80 par quelques vétérans de l'Internationale, dont on a conservé la banière, dont Fluche surtout, mais aussi à quelques nouvelles figures dont Adolphe Gierkens et Jean Malempré.

Alors que le mouvement ouvrier était quasi réduit à néant dans la vallée de la Vesdre, ces hommes avaient créé à la fin de l'année 1881 un cercle politique, sous le nom de "En Avant". Quelques semaines plus tard, ils lancent un nouveau journal, La Sentinelle, qui paraîtra jusqu'en 1884, et ils tentent de participer aux luttes électorales dès octobre 1884.
Mise à jour le Jeudi, 04 Juin 2009 07:38
 
Les grandes étapes de l’histoire sociale verviétoise de 1709 à 1909 : Seconde partie PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Freddy Joris   
Lundi, 06 Juillet 2009 07:23
En 1795, la situation va s’améliorer, la majeure partie des émigrés rentre à Verviers et y réouvre ses fabriques quand la région verviétoise est intégrée au département français de l’Ourthe (notre actuelle province de Liège). Avec cette intégration à la France en octobre 1795, c’en est définitivement fini de l’ancienne Principauté et des anciens Marquisat et Duché, les frontières entre ceux-ci sont abolies, les monnaies, mesures et législations sont harmonisées. Mais qu’y gagnent les ouvriers ?
Mise à jour le Jeudi, 04 Juin 2009 07:39
 
Les grandes étapes de l’histoire sociale verviétoise de 1709 à 1909 : Première partie PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Freddy Joris   
Mercredi, 17 Juin 2009 07:08
Reportons-nous trois siècles en arrière, à Verviers en 1709. Alors que Gand, par exemple, abrite déjà 50.000 personnes, Verviers compte seulement autour de 5.500 habitants. Elle a été érigée en ville en 1651, suite à l’extension du travail de la laine grâce à l’absence de règles corporatrices et la présence d’un cours d’eau facilement accessible sur le fond plat de la vallée,  la qualité de cette eau n’ayant rien à voir.
Autour de Verviers, les villages d’Ensival, de Stembert, de Heusy, d’Andrimont et de Pepinster faisaient partie du Marquisat de Franchimont (qui s’étendait, au sud, sur les actuelles communes de Theux, Spa et Jalhay), lui-même intégré à la Principauté épiscopale de Liège.
Mise à jour le Lundi, 15 Juin 2009 20:32
 
Un lieu-dit verviétois controversé : La Chic-Chac PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Georges-Xavier CORNET   
Samedi, 30 Mai 2009 05:47
La toponymie,- science que nous laissons de bonne grâce à ses initiés,- rencontre ça et là ses énigmes. A défaut de ses réponses claires et précises, ou tout au moins de ses hypothèses, les braves gens ne demandent qu'à ajouter foi aux explications les plus farfelues, venues d'on ne sait où, de la nuit des temps parfois. Remarquons en passant que ces mêmes braves gens, par un amalgame des travaux historiques et des fictions romanesques, ont accepté pour argent comptant le récit plus ou moins véridique de l'exécution de Grégoire Joseph Chapuis.
Mise à jour le Lundi, 11 Mai 2009 05:55
 
Les socialistes"utopistes" et Verviers PDF Imprimer Envoyer
Lundi, 04 Mai 2009 06:08

L’histoire du curé DEBOUCHE nous a permis de faire connaissance avec son philosophe de disciple, Jean-Guillaume de COLINS de HAM.

Et nous avons perçu combien cette époque était un temps de bouillonnement intellectuel, de remise en cause de la société.

Quelques autres  penseurs socialistes qu’on appelle de façon un peu facile des « utopistes » ont eu un lien avec Verviers, direct ou indirect. Sans parler évidemment de Marx et de la Première Internationale (Verviers, boulevard de l’Internationale, avec ses 13 sections affiliées !).
Mise à jour le Mardi, 26 Mai 2009 21:15
 
Jean-Guillaume Baron de COLINS de HAM (1783- 1858) PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 31 Mars 2009 18:50
La chronique historique du mois dernier, consacrée à l’abbé DEBOUCHE, évoquait simplement le fait que celui-ci s’était occupé d’un jeune pensionnaire.

Comme son maître, COLINS est une personnalité hors du commun, trop peu connue dans notre région où il vécut une dizaine d’années avant de s’en aller bourlinguer et de ne jamais y revenir. Mais DEBOUCHE disparu en 1805, pourquoi son élève serait-il revenu chez nous ?

 
Le curé Debouche PDF Imprimer Envoyer
Lundi, 02 Mars 2009 18:02

Henri-Joseph DEBOUCHE naît à Grand-Rechain le 19 novembre 1738, fils  du premier lit de François et de Marie DREZE. Il fréquente la classe du vicaire POLLET dans sa paroisse puis la classe de Petit-Rechain, assez renommée, chez M. DRESSE qui est tout à la fois instituteur et marguillier.

Il n’a pas 12 ans quand il entre au collège Saint-Bonaventure de Verviers (chez les Récollets).

Mise à jour le Lundi, 02 Mars 2009 20:09
 
Négationnisme et Juifs de Verviers PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 28 Janvier 2009 22:25

Les récentes élucubrations d’un évêque anglais de la mouvance Lefebvre ont ramené à l’avant-plan de l’actualité la question du négationnisme.

Ainsi, l’extermination des Juifs par les Nazis ne serait qu’une fable, un mensonge ?

Mais alors, où sont passés les 25.000 juifs transportés en Allemagne depuis la caserne Dossin de Malines ?  Transportés et soigneusement répertoriés par les nazis. Où ont-ils disparu ? Et ce que les 1300 rescapés (une vingtième !) ont raconté, l’ont-ils inventé ?

Mise à jour le Mercredi, 28 Janvier 2009 22:30
 
Le Jour de l’An PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Wynants   
Jeudi, 01 Janvier 2009 21:04

C’est le 31 décembre que je prends la plume.

Je voudrais rappeler la façon de fêter cet événement il y a quelques décennies, mais j’ai bien peu de souvenirs ou même de témoignages.

En tout cas, dans ma famille, le premier janvier, c’était un jour de visites. Tôt le matin, mon grand-père quittait son logement au centre de la ville et montait la rue Renier. Première étape là-bas chez mon oncle. Ensuite, place Géron, chez nous.
Mise à jour le Samedi, 26 Décembre 2009 22:32
 
Les faits révolutionnaires à Verviers, fin août 1830 PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Wynants   
Mardi, 28 Octobre 2008 09:13

 

Pour mettre fin à cette brève présentation (juste de quoi donner envie d’en savoir plus à ceux qui aiment…), voici quelques considérations générales et une réflexion sur les causes. (3ième partie)

 

On aura compris que la révolution de 1830 est un phénomène à facettes multiples. A l’aspect social évident se mêlent, même chez les prolétaires, d’autres  aspirations. Les émeutiers réclament du pain, en brandissant un drapeau français…D’autres reviennent d’un pillage de grains en clamant des slogans qui mélangent pain et liberté… On le voit, rien n’est simple.


 
Révolution 1830 à Verviers PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Wynants   
Dimanche, 28 Septembre 2008 07:35
A Verviers, les faits révolutionnaires de 1830 ne se déroulent pas fin septembre, mais bien fin août, précisément les 28, 29 et 30.

On se souvient de la représentation à Bruxelles de la Muette de Portici, le 25, représentation qui est un peu le déclencheur des événements.

Ces troubles bruxellois sont connus à Verviers le 27.

Immédiatement, la bourgeoisie prend peur et, comme à Liège, forme une commission de sûreté publique. La garde communale est convoquée, une nouvelle garde urbaine est formée.

 
L’humour durant les deux guerres PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Wynants   
Jeudi, 27 Novembre 2008 08:36

 

Durant les deux guerres mondiales, en 14-18 comme en 40-45, les dessins humoristiques foisonnent .

Ceux que nous présentons ont une caractéristique : ils ne parlent bien que s’ils sont retournés. On verra alors, d’une part, le Kaiser, d’autre part un soldat allemand bien engraissé.

Mise à jour le Dimanche, 28 Septembre 2008 07:39
 
Notre histoire nationale et la révolution de 1830 PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Wynants SVAH   
Vendredi, 29 Août 2008 08:33

 


De la révolution de 1830, nous gardons une conception fortement inspirée par notre école primaire (merci, à l’époque, on en parlait ; et maintenant ?).

Le Belge sortait du tombeau et chassait le méchant Hollandais.

L’unité parfaite dans l’ indépendance succédait à la vile oppression batave.

C’était le début d’un âge d’or, sous la houlette de nos souverains successifs

 
Un musicien verviétois méconnu : Guy WEITZ PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Wynants SVAH   
Jeudi, 24 Janvier 2008 09:41
 

Verviers est une terre de musiciens et pourtant l’un des plus grands reste méconnu. Il s’agit de Guillaume WAITZ, qui sera connu internationalement sous le nom de Guy WEITZ.
Il naît à Verviers en 1883, dans la maison familiale de Chapuis, rue Sécheval 25.

Son père, Heinrich, d’origine allemande, y tient un commerce de teinturier-dégraisseur, avec son épouse, Agnès Breuer, dont le père avait été influent dans l’importante paroisse allemande de Verviers.

Mise à jour le Jeudi, 28 Août 2008 12:13
 
Lambert CONRARDY, un Père Damien liégeois… PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Wynants SVAH   
Mercredi, 24 Octobre 2007 09:36
 Tout le monde connaît le Père Damien De Veuster..
Rares  sont ceux qui ont entendu parler de l’abbé CONRARDY, son compagnon…
C’est pourtant  lui qui a vécu avec Damien sa dernière année et qui a recueilli son dernier souffle.
C’est pourtant lui qui a poursuivi son œuvre durant plusieurs années…
Mais voilà, les passionnés, les rebelles, ceux qui donnent tout, ils gênent… On a encensé l’un, avec raison, on a oublié l’autre, très injustement.
Mise à jour le Jeudi, 28 Août 2008 12:14
 
Centenaire de l'église Saint-Remacle, médaille PDF Imprimer Envoyer
Écrit par G.X Cornet SVAH   
Samedi, 23 Février 2008 17:09
 S'il est assez courant de rencontrer des médailles de dévotion, il l'est assurément moins de trouver une médaille, en principe non-portable, émise en commémoration d'un événement particulier, à caractère religieux. La frontière entre ces deux catégories n'est pas toujours imperméable. Pensons à la médaille de dévotion créée par la Deutscher Kirchenverein zu Verviers en 1860. La mention de ce millésime sur son revers lui fait prendre place dans la série des médailles commémoratives, tout en lui conservant son "statut" de médaille de dévotion
Mise à jour le Jeudi, 28 Août 2008 12:15
 
Chapuis, une médaille commémorative PDF Imprimer Envoyer
Écrit par G.X Cornet SVAH   
Dimanche, 23 Mars 2008 17:01
 Par cette froide matinée du 2 janvier 1794 se déroula l'exécution par décapitation de Grégoire-joseph Chapuis. A l'époque, la guillotine avait déjà à son actif de brillants états de service chez nos voisins du sud. Chez nous, on en était encore à des méthodes artisanales; c'est ce qui valut au malheureux condamné de subir les maladresses d'un bourreau improvisé qui lui aurait, si l'on se réfère sans esprit critique à la tradition populaire, administré sept coups de hache avant de se résoudre à scier ce qui n'était pas encore détaché du corps.
Mise à jour le Jeudi, 28 Août 2008 12:15
 
l’eau de Bru, du XVIe au XVIIIe siècle PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Pierre Israel SVAH   
Mercredi, 23 Avril 2008 16:57
 La fontaine de Bru sourd sur le territoire de Chevron, dans le vallon d’Aze. Aze est le nom de ce ruisseau qui s’écoule vers le nord pour se jeter dans l’Amblève au hameau du même nom. Pendant des siècles, c’est ce ruisseau qui a alimenté la roue de l’ancien moulin banal de Lorcé et, de la moitié du XVIe siècle à la fin du XVIIe, celle de la forge des de Pardieu, installée au hameau d’Aze ( et non pas de Naze, qui de nos jours est utilisé erronément)
Mise à jour le Vendredi, 29 Août 2008 08:39
 
Des curés au pouvoir en mai-juin 1940 PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Wynants SVAH   
Dimanche, 01 Juin 2008 16:50
 

En mai-juin 1940, nombre de communes un peu partout en Belgique se sont retrouvées dépourvues de leur bourgmestre, de leurs échevins et conseillers communaux. Ceux-ci étaient partis pour de bonnes ou de mauvaises raisons.

Les autorités gouvernementales avaient prévu ce cas dans des instructions publiées en 1936. On s’était souvenu en effet de certaines fâcheuses situations de vacance du  pouvoir et d’agitation populaire lors du reflux des Allemands à partir du 11 novembre 1918.

Ainsi existait la notion de «conseil des notables».

Mise à jour le Vendredi, 29 Août 2008 08:39
 
<< Début < Préc 1 2 3 Suivant > Fin >>

Page 2 de 3